QUAI DES FLOTTILLES
"Chalut". Tu es ancien de la Royale ? Ben n'hésite pas. Pose ton sac sur ce quai et enregistre toi. Même si tu n'a jamais foulé ce dernier tu es le bienvenu car tu dois avoir des choses à nous raconter...

Quelques règles à suivre pour le bien de tous :


- En premier lieu, il serait aimable et courtois de ta part de te présenter. tu es le bienvenu parmi nous, mais dis nous sommairement qui tu es, sans oublier de mettre à jour ton avatar en y « glissant » ta « bouille »

. A défaut, ton compte risque d'être supprimé. Merci à toi pour ta compréhension.
- Les membres qui ne posteront pas régulièrement, verront leur compte supprimé au bout de deux mois d'inactivité.

- Pour la bonne lecture des différents messages, le langage SMS est à proscrire, tout comme les fautes d'orthographe qui rendent la compréhension plus que pénible.

Il est certain qu’un minimum d'effort est demandé, si non pourquoi s’inscrire , si tu n'a rien à nous faire partager?

Serais-tu voyeur ?

Pas de cela sur le quai des flottilles.

En une phrase, tu décides de t' inscrire c’est après mure réflexion, donc c’est avec l’intention de nous faire profiter de ton expérience maritime.
L’ensemble des membres , sera heureux de te lire et de te répondre.

Dans cette attente, je me fais le porte parole de l’ensemble des membres en te souhaitant la bienvenue et en te donnant toute notre amitié marine.

Jean-Paul, Fondateur du site « Quai Des Flottilles ».

J. P.

ABRIAL Jean-Marie

Aller en bas

ABRIAL Jean-Marie Empty ABRIAL Jean-Marie

Message par joel16 le Dim 4 Sep 2016 - 19:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Situation de famille

Vice-Amiral d'Escadre Jean-Marie Charles ABRIAL
Fils de Raymond Arthur et de Marie Caroline Anna de MALOIN de MONTAZET
Né le 17 décembre 1879 à Réalmont (Tarn)
Décédé à l’âge de 83 ans le 19 décembre 1962 à Dourgne (Tarn)

Titres familiaux de noblesse : Comte par son père (comte romain anobli par le Pape Pie X), Baron par sa mère (descendante d’Antoine de Maloin (ou Malvin) de Montazet avec titre de Baron, aumônier du Roi en 1742, Evêque d’Autun en 1748, Archevêque de Lyon en 1758 et membre de l’Académie Française depuis 1756).

Marié en première noce à Louise Fouché, décédée en 1902 à l’âge de 22 ans.
Marié en seconde noce à Marguerite Marie de Méric de Bellefon, issue d’une famille de magistrats ayant titre de Marquis. 4 enfants naîtront de cette union : Raymond (1907) Saint-Cyrien; Colette (1909) épouse de Jean de Buretel, Capitaine de Frégate; Loïc (1910) Capitaine de Vaisseau; Jacqueline (1912) épouse d’Adrien Cuny, Capitaine de Vaisseau.

Carrière

Temps de Service dans la Royale 40 ans
Temps de Service à la mer 28 ans
Temps de Commandement + de 9 ans
Date d’entrée dans la Marine 1896
Aspirant le 05 octobre 1899 et affecté à Brest
Affecté le 1er janvier 1900 sur le Croiseur POTHUAU à l’Escadre de Méditerranée.
Affecté le 1er janvier 1901 sur le Cuirassé MASSÉNA à l’Escadre du Nord.
Enseigne de Vaisseau le 05 octobre 1901 et durant + de 7 ans
Affecté le 1er janvier 1902 comme Officier-Élève à l'École des Fusiliers Marins de Lorient.
Affecté le 1er janvier 1903 à Brest puis sur le Cuirassé LE REDOUTABLE à l’Escadre de Méditerranée.
Affecté le 1er janvier 1904 sur la Canonnière ASPIC à l’Escadre d'Extrême-Orient.
Affecté le 1er janvier 1906 à Brest.
Affecté le 1er janvier 1908 sur le Croiseur Cuirassé POTHUAU à l’École d'Application de tir à la mer.
Affecté le 1er janvier 1909 comme Officier en Instruction sur la COURONNE à l’ École de canonnage.
Lieutenant de Vaisseau le 21 janvier 1909 et durant + de 9 ans.
Officier breveté canonnier.
Détaché le 18 décembre 1910 à la Direction d'Artillerie Navale du 2ème Arrondissement Maritime à Brest, puis au Service de l'Installation du Matériel.
Détaché en 1912 à la Pyrotechnie.
Affecté le 1er janvier 1914 sur le Cuirassé JEAN BART à la 1ère Escadre de la 1ère Armée navale.
Commandant de la Canonnière ARDENT à la Division des Patrouilles de l'Océan d’avril 1916 à août 1917
Affecté le 1er janvier 1918 à Brest.
Capitaine de Corvette le 09 janvier 1918 et durant 2 ans.
Capitaine de Frégate le 1er août 1920 et durant + de 5 ans.
Affecté le 1er janvier 1921 sur le cuirassé PATRIE à la Division des Écoles de Méditerranée.
Auditeur au Centre des Hautes Études Navales en 1925.
Capitaine de Vaisseau le 26 octobre 1925 et durant plus de 5 ans.
Commandant du croiseur TOURVILLE (1929).
Contre-Amiral le 05 mars 1931 pour presque 5 ans.
De mai 1931 à octobre 1932, il devient Sous-Chef d'État-Major Général de la Marine, membre du Comité Hydrographique et membre du Comité de Perfectionnement des Ecoles de la Marine.
De nouveau Sous-chef d'État-Major Général de la Marine d’octobre 1934 à octobre 1936
Vice-Amiral d'Escadre en octobre 1936.
Commandant en Chef de l’Escadre de la Méditerranée (1936)
Commandant en Chef du Théâtre des Opérations du Nord (1939)
Organisateur et acteur de la défense de Dunkerque et de l’Opération Dynamo (20 mai / 04 juin 1940)
Fait prisonnier à Cherbourg le 19 juin 1940.
Gouverneur Général d’Algérie (20 juillet 1940 / 16 juillet 1941)
Secrétaire d’Etat à la Marine (novembre 1942 / mars 1943)
Révoqué en mai 1945. Condamné en août 1946 à 10 ans de travaux forcés et à la dégradation nationale à vie. Peine commuée en 5 ans de prison. Libéré le 02 décembre 1947. Réhabilité le 28 novembre 1956.

Parcours

Issu d’une famille bourgeoise et aristocratique, fervent catholique, Abrial ne fut jamais considéré comme un officier d’excellence par ses pairs et il grimpa relativement lentement dans la hiérarchie.
Son temps de Service à la Mer est inférieur à la moyenne générale des Amiraux de son époque.
Il établit pour l’Etat-Major de la Marine en 1925, un rapport sur les défaillances du commandement lors des Opérations de la Baltique en 1914/1918.
Il commande l’Escadre de la Méditerranée durant la guerre d’Espagne (1936).
Proche de l’Amiral Darlan depuis 1931, les deux hommes se respectaient mutuellement.
Dès 1934, Abrial ne cache pas son aversion, qui deviendra du mépris après mai 1940, pour la 3ème République et les hommes politiques qui la composent.
Avec le Vice-Amiral Platon, Abrial sera le véritable héros de la bataille de Dunkerque et de l’Opération Dynamo qui permettront la fuite en Angleterre de centaines de milliers de soldats alliés et français. Dunkerque est la seule véritable «épreuve du feu« de l’Amiral et ce n’est pas celle qu’était en droit d’attendre un marin. Dunkerque fut une véritable boucherie tant pour les militaires, les marins et les civils que part le nombre et le tonnage de bâtiments de guerre et navires civils réquisitionnés qui y furent perdus. Jamais un Amiral de la Royale exerçant un commandement direct au combat ne perdit autant d’hommes et de bâtiments que l’Amiral Abrial à Dunkerque. Il en ressortit profondément traumatisé, conscient de n’avoir jamais eu les moyens matériels d’accomplir sa tache et de ne devoir qu’aux hommes qu’il commandait d’avoir pu sauvé ce qui pouvait l’être.
Rien ne prouve l’anglophobie de l’Amiral Abrial avant les événements de Mers-el-Kébir et si en 1941 il s’en prendra aux Britanniques, les jugeant responsable du désastre de Dunkerque, il s’agira alors de paroles plus politiques que militaires.
Comme la presque totalité des Amiraux de 1940, Abrial prêta allégeance à l’Etat Français du Maréchal Pétain, ce qui était pour lui et presque 100% des français la continuité de l’Etat de Droit. Qu’il accepta le poste de Gouverneur Général en Algérie juste après Mers-el-Kébir est-il honorable ?. Oui dans les tous premiers mois, beaucoup moins ensuite lorsqu’il du mettre en application les décrets scélérats d’un gouvernement de collaboration et même demander plus de pouvoirs.
Après juin 1940, novembre 1942 est sans doute le mois le plus terrible pour la France. L’invasion de la Zone Libre par les Allemands et le sabordage de la Flotte à Toulon marquent un retournement majeur des esprits, l’ennemi pour tous redevient le germanique et la collaboration de la trahison. Pourquoi alors Abrial accepte-t’il le poste de Secrétaire d’Etat à la Marine ? Je n’ai jamais cru et je ne croirai jamais que l’Amiral Abrial ait eu des ambitions politiques, un tel homme ne peut tomber si bas dans de telles circonstances. Je reste persuadé que pour lui devenir Ministre de la Marine n’était ni plus ni moins qu‘un sacrifice, comme à Dunkerque, pour tenter de sauver ce qui pouvait encore espérer l’être. Darlan venait de changer de camp à Alger et un profond respect liait les deux hommes ne l‘oublions pas.

Conclusion

Le Héros de Dunkerque n’a jamais trahi l’Honneur de la Royale ni la France.
L’Amiral Abrial a été le pompier qu’on appelle lorsque l’incendie n’est plus maîtrisable (Dunkerque, Mers-el Kébir, Toulon) et qui en pleine connaissance de cause va au feu en sachant qu’il ne pourra l’éteindre.
Une directive de l’Amiral à ces subordonnés à la fin 1942 renforce cette idée de sentiment de sacrifice quand il écrit : «les officiers ayant gardé un emploi doivent considérer comme un honneur de rester aux ordres de leurs chefs afin de conserver à la vie maritime de la France ce qui lui reste de souffle».
L’une des pires accusations que l’on porta contre l’Amiral Abrial fut sans doute de le présenter comme un personnage raciste lorsqu’il fut Gouverneur Général en Algérie. Pour le prouver, ces accusateurs s’appuient notamment sur le fait qu’il ordonna que les conseillers municipaux « indigènes » (selon la terminologie de l’époque) devaient posséder une maîtrise suffisante du français pour participer aux conseils. C’était limitateur et donc raciste pour ses détracteurs, mesure de simple bon sens à mon avis.
Il est bon également de mettre au crédit algérien de l’Amiral son manque de zèle à faire exécuter les mesures antisémites décidées par Vichy. Elles ne seront véritablement appliquées et renforcées qu’après son départ du Gouvernement Général.
Ecrire également que l’Amiral fit partie des Amiraux intimes du Maréchal Pétain est un non sens. Sans doute avait-il du respect envers lui mais il ne l’idolâtrait pas comme d’autres ont pu le faire. Après son départ de Vichy, l’Amiral devint maire de sa commune de résidence jusqu’en novembre 1944 alors que la majorité de ses collègues faisaient valoir au mieux leurs droits à la retraite et au pire retrouvaient des fonctions représentatives vichystes.
L’Histoire retiendra que l’acte d’accusation contre l’Amiral Abrial devant la Haute Cour de Justice faisait état de plusieurs faits relevant de la haute trahison dont un seul aurait suffi à envoyer directement n’importe quel militaire devant un peloton d’exécution. Pourtant devant la valeur des preuves apportées par l’accusation, l’Amiral ne fut condamné qu’à 10 ans de travaux forcés, c’est tout dire...
A contrario, la participation d’Abrial à des conférences dédiées à la Légion des Combattants est avérée.
L’Amiral a collaboré avec le régime de Vichy, cela ne fait bien évidemment aucun doute. Mais collaborer avec le Gouvernement légal de la France qui lui collabore avec l’occupant (qui n’est plus l’ennemi depuis l’armistice de juin 1940) ne fait pas automatiquement de vous un collaborateur des nazis. Il y avait une ligne rouge à ne pas franchir, Abrial l’a plusieurs fois côtoyée mais à mes yeux jamais franchie.


Dernière édition par joel16 le Lun 5 Sep 2016 - 16:20, édité 1 fois
joel16
joel16
Permanent
Permanent

Messages : 4151
Date d'inscription : 18/11/2013
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

ABRIAL Jean-Marie Empty Re: ABRIAL Jean-Marie

Message par Jean-Paul le Lun 5 Sep 2016 - 8:43

Merci Joël pour avoir ouvert ce post, qui va relater cette page sombre de notre histoire maritime et aussi nationale.
J'espère que nos amis, apprécieront ce sujet.


Possesseur du MAKHILA d'Honneur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 FONDATEUR DU QUAI DES FLOTTILLES

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Escorteur Rapide  LE BASQUE  F 773

Ma devise: TOUS UNIS COMME A BORD

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Jean-Paul
Jean-Paul
Fondateur et Administrateur
Fondateur et  Administrateur

Messages : 22306
Date d'inscription : 17/05/2010
Age : 66

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum