QUAI DES FLOTTILLES
"Chalut". Tu es ancien de la Royale ? Ben n'hésite pas. Pose ton sac sur ce quai et enregistre toi. Même si tu n'a jamais foulé ce dernier tu es le bienvenu car tu dois avoir des choses à nous raconter...

Quelques règles à suivre pour le bien de tous :


- En premier lieu, il serait aimable et courtois de ta part de te présenter. tu es le bienvenu parmi nous, mais dis nous sommairement qui tu es, sans oublier de mettre à jour ton avatar en y « glissant » ta « bouille »

. A défaut, ton compte risque d'être supprimé. Merci à toi pour ta compréhension.
- Les membres qui ne posteront pas régulièrement, verront leur compte supprimé au bout de deux mois d'inactivité.

- Pour la bonne lecture des différents messages, le langage SMS est à proscrire, tout comme les fautes d'orthographe qui rendent la compréhension plus que pénible.

Il est certain qu’un minimum d'effort est demandé, si non pourquoi s’inscrire , si tu n'a rien à nous faire partager?

Serais-tu voyeur ?

Pas de cela sur le quai des flottilles.

En une phrase, tu décides de t' inscrire c’est après mure réflexion, donc c’est avec l’intention de nous faire profiter de ton expérience maritime.
L’ensemble des membres , sera heureux de te lire et de te répondre.

Dans cette attente, je me fais le porte parole de l’ensemble des membres en te souhaitant la bienvenue et en te donnant toute notre amitié marine.

Jean-Paul, Fondateur du site « Quai Des Flottilles ».

J. P.

BOURRAGUE CELESTIN JEAN LEON

Aller en bas

BOURRAGUE CELESTIN JEAN LEON  Empty BOURRAGUE CELESTIN JEAN LEON

Message par joel16 le Dim 13 Nov 2016 - 8:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Situation de famille

Vice-Amiral Célestin Jean Léon BOURRAGUE.
Fils de Betrand et de Marie Salahart.
Né le 22 novembre 1886 à Brassac (Tarn).
Décédé à l’âge de 68 ans le 21 mars 1955 à Paris .

Marié, au moins 1 enfant, Jean-Claude, Capitaine de Vaisseau.
Son père était inspecteur de l’Education Nationale. Son frère Gaston fut Capitaine de Vaisseau et sa sœur Jeanne épousa un Mécanicien Principal de 1ère classe de la Royale. Son fils, Jean-Claude, fut Capitaine de Frégate avant de démissionner à l’issue de la Guerre d’Algérie.

Carrière

Temps de Service dans la Royale 37 ans
Temps de Service à la mer 22 ans
Temps de Commandement + de 10 ans
Date d’entrée dans la Marine 1902
Devenu Aspirant le 05 octobre 1905, il est affecté au port de Toulon.
Le 1er janvier 1906, il embarque sur le Croiseur-Cuirassé Dupetit-Thouars à l’Escadre d'Extrême-Orient.
Il est fait Enseigne de Vaisseau le 05 octobre 1907 puis est affecté à Toulon à partir de janvier 1908.
Le 1er janvier 1909, il embarque sur le Contre-torpilleur Cassini à l’Escadre du Nord.
Il est breveté Officier Torpilleur l‘année suivante.
Le 1er janvier 1911, il est affecté sur le Cuirassé Charles Martel à la 2ème Escadre.
Il embarque comme Second du Sous-marin Faraday à la Station des Sous-marins de La Pallice le 03 juillet 1911.
Il est affecté au port de Toulon le 1er janvier 1914.
Il est fait Lieutenant de Vaisseau le 23 mars 1916.
Il devient Chevalier de la Légion d'Honneur.
Il retrouve de nouveau le port de Toulon en janvier 1918.
Le 1er janvier 1921, il prend le commandement du Torpilleur Matelot-Leblanc durant sa période d‘armement à Bizerte.
Il est fait Capitaine de Corvette le 17 août 1922.
Il est breveté Officier de l'École Supérieure de la Marine en 1923, fait Capitaine de Frégate le 21 novembre 1925 puis enchaine les distinctions, Officier de la Légion d'Honneur, Officier d'Académie, Mérite Maritime.
Il prend le commandement du Torpilleur Mars le 1er décembre 1927.
Il est fait Capitaine de Vaisseau le 03 mai 1931.
Le 1er janvier 1932, il est nommé Chef du 3ème Bureau des Opérations à l'État-major Général de la Marine à Paris.
Il sera Commandant de la 4ème Division de Croiseurs avec pavillon sur le Croiseur  Georges-Leygues à l’Escadre de l'Atlantique d'août 1939 à août 1940
Ayant pris le commandement  de la Force Y  à Dakar d’août 1940 à septembre 1940, il sera limogé par l’Amiral Darlan pour avoir refusé d’engager le combat contre une force navale britannique.
Il devient Président du Comité de Coordination des Télécommunications Impériales en octobre 1940.
Il est fait Grand Officier de la Légion d'Honneur.
Il devient Vice-Amiral en 1941.
Nommé Chef d’Etat-major de la Défense Nationale en octobre 1941, il occupera ce poste jusqu’en mai 1942 avant de devenir Directeur des Services de l’Armistice jusqu’en avril 1943 puis finalement Président du Comité de Coordinations des Télécommunications Impériales jusqu’en septembre 1946.
Il sera Président de l'Association des Anciens Elèves de l'Ecole Navale de 1945 à 1955.

Parcours

Fils d’un Inspecteur des Ecoles Primaires et né dans le Tarn, vraiment rien ne prédisposait le Vice-Amiral Bourragué à devenir marin. Pour autant son exemple devint une tradition familiale puisque son frère et son fils furent officiers de la Royale et que sa sœur en épousa un.
Il n’eut pas vraiment l’occasion de montrer sa valeur lors de la 1ère Guerre Mondiale , cette période est même étrangement passée sous silence dans sa biographie, et il était déjà « fonctionnaire » à l’Etat-major lors de la Guerre d’Espagne. Les années 30 furent l’occasion pour lui de nouer de nombreux contacts et amitiés avec des officiers qui compteront par la suite . A partir de 1936, on peut le considérer comme étant un proche sinon un intime de l’Amiral Darlan. Celui-ci fut contraint de le limoger « pour l’exemple » de son poste de commandement de la Force Y en septembre 1940 après qu’il eut refusé le combat face aux britanniques mais fut satisfait de l’avoir nommé ensuite à l’Etat-major et aux Services de l’Armistice où il se révéla un solide soutien pour son mentor.
Il finit sa carrière comme Président du Comité de Coordinations des Télécommunications Impériales, un titre ronflant pour un poste sans éclat.

Conclusion

Le Vice-Amiral Bourragué doit sans aucun doute sa carrière et son grade à ses amitiés d’Etat-Major. Officier sans envergure et sans charisme, très limité en compétence de commandement, il n’aurait sans doute jamais était l’un des Amiraux de Vichy sans l’appui et le soutien exagéré de l’Amiral Darlan. Son seul « fait de guerre » est d’avoir fuit le combat la seule fois où il en a eu l’occasion, ce qui aura au moins le mérite d’avoir épargné des vies.
Les titres honorifiques lui convenants mieux que les grades, gardons lui pour la postérité celui de Président.
joel16
joel16
Permanent
Permanent

Messages : 4151
Date d'inscription : 18/11/2013
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum