QUAI DES FLOTTILLES
"Chalut". Tu es ancien de la Royale ? Ben n'hésite pas. Pose ton sac sur ce quai et enregistre toi. Même si tu n'a jamais foulé ce dernier tu es le bienvenu car tu dois avoir des choses à nous raconter...

Quelques règles à suivre pour le bien de tous :


- En premier lieu, il serait aimable et courtois de ta part de te présenter. tu es le bienvenu parmi nous, mais dis nous sommairement qui tu es, sans oublier de mettre à jour ton avatar en y « glissant » ta « bouille »

. A défaut, ton compte risque d'être supprimé. Merci à toi pour ta compréhension.
- Les membres qui ne posteront pas régulièrement, verront leur compte supprimé au bout de deux mois d'inactivité.

- Pour la bonne lecture des différents messages, le langage SMS est à proscrire, tout comme les fautes d'orthographe qui rendent la compréhension plus que pénible.

Il est certain qu’un minimum d'effort est demandé, si non pourquoi s’inscrire , si tu n'a rien à nous faire partager?

Serais-tu voyeur ?

Pas de cela sur le quai des flottilles.

En une phrase, tu décides de t' inscrire c’est après mure réflexion, donc c’est avec l’intention de nous faire profiter de ton expérience maritime.
L’ensemble des membres , sera heureux de te lire et de te répondre.

Dans cette attente, je me fais le porte parole de l’ensemble des membres en te souhaitant la bienvenue et en te donnant toute notre amitié marine.

Jean-Paul, Fondateur du site « Quai Des Flottilles ».

J. P.

BERENGER MARIE DANIEL REGIS

Aller en bas

BERENGER MARIE DANIEL REGIS Empty BERENGER MARIE DANIEL REGIS

Message par joel16 le Dim 23 Oct 2016 - 14:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Situation de famille

Vice-Amiral Marie Daniel Régis BERENGER
.
Fils de Ernest et d’Honorine Chaix
Né le 25 septembre 1888 à Chamaret (Vaucluse).
Décédé à l’âge de 82 ans le 23 août 1971 à Saint-Laurent-du-Pape (Ardèche).

Marié à Marie Thérèse Blanc.

Carrière

Temps de Service dans la Royale 33 ans
Temps de Service à la mer 27 ans
Temps de Commandement 7 ans et demi
Date d’entrée dans la Marine 1906
Il devient Aspirant le 05 octobre 1909, affecté au port de Rochefort.
Le 1er janvier 1911, il rejoint  le Cuirassé Justice à la Division de Réserve de la 1ère Escadre.
Il est fait Enseigne de Vaisseau le 05 octobre 1911.
En janvier 1912, il est affecté sur le Contre-torpilleur Fronde à la Division Navale d'INDOCHINE.
En 1913, on le retrouve Second sur le Contre-torpilleur Protet en cours d’achèvement à Rochefort.
Il restera affecté à Rochefort jusqu‘en 1915 où il rejoint le Cuirassé Patrie et participe aux opérations des Dardanelles.
En avril 1916, il prend le commandement de la Gabarre Polyphème et se fait particulièrement remarquer lors du débarquement de l'armée serbe à Corfou.
Nommé Lieutenant de Vaisseau le 13 juillet 1917, il devient Officier Canonnier sur le Cuirassé Jean Bart.
Le 1er janvier 1918, il est affecté au port de Rochefort avant de devenir Observateur en ballon captif en mars de la même année.
Il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur.
En 1919, il prend le commandement du Centre des Ballons Captifs de Brest.
A partir de janvier 1921, il est affecté au port de Rochefort et est Officier breveté Pilote de dirigeable en juin de la même année.
Il devient Second du Centre de Dirigeables de Cuers-Pierrefeu puis en 1923, Commandant le Centre d'Essais d'Aéronautique Maritime de Saint-Cyr avant de commander celui de Palyvestre en 1925.
Il est nommé Capitaine de Corvette le 02 juillet 1926.
En 1927, il devient Chef du Service de Sécurité sur le Cuirassé Marseillaise puis l'année suivante sur le Croiseur Cuirassé Ernest Renan.
En 1929, il prend le commandement de l'Aviso Marne en Extrême-Orient.
Il est nommé Capitaine de Frégate le 07 novembre 1930.
Il est Officier de la Légion d'Honneur.
Le 1er janvier 1932, il est affecté au port de Brest puis devient Second sur le Ravitailleur de Sous-marins Jules Verne.
Il prendra ensuite le commandement des Torpilleurs Touareg et Tonkinois à  la 2ème Division de torpilleurs.
En 1934, il est nommé Chef d'État-Major de l'Aéronautique Navale de la IIIème Région Maritime.
En 1935, il devient Auditeur au Centre des Hautes Études Navales.
Il est fait Capitaine de Vaisseau en avril 1937.
Après avoir pris le commandement du Croiseur Tourville en Méditerranée, devient en 1939 celui du Croiseur Lamotte-Picquet à la Division Navale d'Extrême-Orient.
Le 17 janvier 1941, il signera l’une des plus belles pages de l’histoire de la Royale et son unique victoire purement nationale de la Seconde Guerre Mondiale quand,  avec les Avisos Dumont d’Urville, Tahure, Amiral Charner et Marne, il détruit au mouillage de Koh-Chang (Siam) les Cuirassés Sri Ayuthia et Dhomburi ainsi que 3 Torpilleurs de la Marine Thaïe sans perdre un seul marin.
Fait Contre-amiral en mars 1941 puis Vice-amiral en juillet 1943, il commandera la Marine en Indochine de mai 1941 à mars 1945.
Il sera fait prisonnier par les Japonais le 09 mars 1945.

Parcours

Issu d‘une famille qui fit fortune dans l‘industrie de la soie, rien ne prédisposait l’Amiral Bérenger à devenir Officier de Marine et parmi eux l’un des plus glorieux de la Royale du XXème siècle. Même s’il est souvent oublié des Historiens, sa carrière parle pour cet homme charismatique, excellent tacticien et d’un extrême courage.
A plusieurs reprises, il fut l’un des plus jeunes dans son grade, ce qui en dit long sur ses qualités et sur ses nombreuses qualifications notamment dans la toute jeune Aéronautique Navale. Nombreuses affectations et nombreux commandements à terre et à la mer pour cet Amiral dont les qualités sont certaines mais qui ne fut sans doute pas employé à sa juste valeur. Aux Dardanelles, à Corfou mais surtout à Koh-Chang, il se montra comme l’un des meilleurs Officiers de Marine de sa génération portant haut les couleurs de la Royale.

Conclusion

Les livres d’histoires et ceux qui les écrivent ont plus ou moins passé sous silence l’Amiral Bérenger. Rendons lui les honneurs qu’ils méritent car il fut un grand marin, tant au combat que pendant la période « vichyste ».
Il eut droit à un procès devant la Haute Cours de Justice après la Libération. Ses détracteurs lui reprochaient d’avoir été nommé Amiral par le Gouvernement de Vichy ... . Soutenu par les « Amiraux de la Libération« , il ne fut pas difficile à ses avocats de prouver qu’il devait son grade à ses états de service et non à un quelconque soutien à la politique du gouvernement de la collaboration. Il fut acquitté.
Si l’Amiral Bérenger était un excellent tacticien du combat naval, il montra durant ses 4 années de commandement de la Marine en Indochine qu’il savait aussi être un très bon tacticien d’Etat-major. Réussissant à maintenir la cohésion de la Royale jusqu’aux ultimes combats contre les japonais, l’Amiral Bérenger ne discutait jamais un ordre mais il l’appliquait où non où à sa manière, en fonction de ce qui était honorable pour un homme pour qui l’Armistice de 1940 n’exista jamais vraiment.
Ses rapports avec son supérieur, le Vice-Amiral d’Escadre Decoux, n’étaient pas simples. Decoux était le Gouverneur Général de l’Indochine et un pur « Vichyste » politiquement parlant, Bérenger un marin et simplement un marin. Jamais le marin ne contredit son supérieur mais jamais il ne partagea ses convictions autres que celles de la Royale. Les deux hommes collaboraient sur les questions navales dans l’intérêt de l’Indochine cela ne fait aucun doute mais leurs rapports se limitaient strictement à cela.
La Royale en Extrême-Orient se battit sans discontinue d’avant 1939 et jusqu’en 1954, contre les nationalistes d’abord, les japonais ensuite puis les communistes. Cela implique un état de guerre permanent où l’Armistice de 1940 ne voulait pas dire grand chose. La Marine en Indochine ne fut jamais vraiment vichyste et l’Amiral Bérenger moins que tout autre.
joel16
joel16
Permanent
Permanent

Messages : 4151
Date d'inscription : 18/11/2013
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum